067 001Monument protégé inscrit par arrêté du 3 février 1928.

Construit fin du XIIème, début du XIIIème siècle. Cette porte faisait partie des fortifications. Une enceinte de murailles protégée par des tourelles et des fossés profonds entourait le château, cinq portes donnaient passage à ses habitants. Son nom et sa physionomie nous rappellent les temps voisins de ceux où vivait Charlemagne. En avant de sa façade méridionale, on remarque quelques restes de voûte attachés au mur latéral à l’ouest, laissant présumer qu’une construction cintrée supportait une plate-forme close, éclairée par une croisée percée à l’ouest, dans la muraille ou dans la partie basse la herse était suspendue. Cette chambre contenait environ quarante à cinquante combattants lesquels, par quatres meurtrières ouvertes à la partie supérieure de la porte, pouvaient lancer des projectiles sur les assaillants ; les rainures par lesquelles la herse montait et descendait, permettent d’apprécier son épaisseur ; elle était en avant du portail en ogive et en pierre de taille parfaitement conservées. La porte à quatre mètres d’ouverture, le pilier à l’est, qui la soutient, à deux mètres de large et celui de l’est un demi-mètre, ce qui donne un total de sept mètres et demi ; quant à sa hauteur, elle est de six mètres. A la prtie supérieure du mur, au-dessus des meurtrières, des pierres de taille faisant partie de la muraille ont leur surface en saillie de têtes sculptées, aux traits grossiers et à large bouche qui dénotent des sculptures du VIII ou IXème siècle. Cette partie supérieure de la porte supportait une architecture en usage à l’époque de Charlemagne et la forme ogivale du porche nous reportait aux Croisades, d’où une anomalie que l’on peut expliquer par des réparations subies au XIIème siècle par Jean de Montigny.

Météo

Météo Cloyes-sur-le-Loir Cloyes-sur-le-Loir météo en temps réel

Bientôt

Aucun événement trouvé

Quelques photos de Montigny le Gannelon

Nous contacter
1000 caractères restants