SKM C25819020610370

 

 

Un moulin à foulon existait, au XVIIème siècle, près du grand moulin...

 

 

 

 

Le tan est une poudre menue qui sert à la première préparation des cuirs. Elle est faite d’écorce de jeune chêne battue dans de gros mortiers par la force des roues d’un moulin à tan.


Un moulin à foulon existait, au XVIIème siècle, près du grand moulin, car en janvier 1661 « Guillaume Lefebvre, officier de la Reyne, mère du Roy, donne à bail le moulin à drap assis au bout du Grand-Pont ». Un autre moulin à draps était assis plus loin en aval, sur la rivière du Loir, à la Galoire, en 1540.
L’usine était située sur la gauche en amont du pont de Cloyes sur un bras de dérivation du Loir dite Rivière des Graviers d’une longueur de 470 m environ. Elle prend son origine dans le Loir au moyen d’une grille placée dans la berge gauche à 450 m environ en amont des grands moulins de Cloyes. Elle rend ses eaux au Loir immédiatement au-dessous du Moulin à tan à quelques mètres en amont du pont de Cloyes jeté pour le passage de la route nationale 10.


En 1808, c’est le sieur Sudret qui est propriétaire de ce moulin et en septembre 1847, Melle Elisa Marchand propriétaire fait une demande pour le SKM C25819020610410remplacement de l’ensemble des poutres en place par de nouvelles et le changement de la vanne. Ses ouvrages d’eau se décomposaient d’une vanne motrice et de deux vannes de décharge à la suite. La distance entre les culées du passage d’eau était de 3m 80, elle se divisait comme il suit ; une vanne motrice de 87cm de large, une seconde vanne à la suite servant de décharge ayant 75 cm de large. Une troisième vanne à la suite servait également de décharge et ayant 74cm de large et enfin les poteaux au nombre de 4 séparant chaque vanne ayant ensemble 1.44m.
En 1848, M. le Préfet autorise Melle Elisa Marchand, à faire des travaux sous la 3ème arche du pont de Cloyes pour la rendre accessible aux voitures transportant les écorces de chênes en vue de fabriquer le tan. Jusqu’à maintenant, elle ne pouvait faire passer les voitures que sous la seconde arche qui trop basse, l’obligeait à ne faire que des demis chargements.


La prise d’eau pratiquée pour actionner ce moulin à tan avait été réglementée par un arrêté préfectoral du 11 septembre 1860.
En 1865, le vannage avait été refait à neuf, par M. Beauchamp propriétaire. A cette époque il existait un déversoir spécial pour le moulin à tan situé à environ 80 mètres en amont de l’usine, sur la rive droite du bief. Il avait 8m de longueur. Le vannage était composé de deux vannes à côté et à gauche de la roue, de 0.79m et 0.78 de largeur.
10 septembre 1887, M. Beauchamp demande à remplacer la vanne prescrite par deux vannes ayant chacune 1.00m de large. Par un recollement du 13 août 1888, nous apprenons que ces vannes font 1.10m de large. Le déversoir de cette usine est reconstruit à l’identique et au même endroit le 9 mars 1892, c’est-à-dire 8m de long et sa largeur est de 2.60m la pente transversale est de 0.26m.
Depuis la mort de M. Beauchamp survenue le 22 avril 1903 l’exploitation du moulin à tan a été abandonnée tout comme l’entretien de la jetée qui sépare ce bras du lit principal. En 1911, le moulin est mis en vente par Mme Isambert propriétaire.
Suite au bombardement de 1944, le moulin déjà en mauvais état n’a pas résisté, seuls sont restés les bâtiments en dur.

Aujourd’hui, du chalet il ne reste que le puits.

 

Météo

Météo Cloyes-sur-le-Loir Cloyes-sur-le-Loir météo en temps réel

Bientôt

Aucun événement trouvé
Nous contacter
1000 caractères restants