• Douy

    Douy
  • 1

eglise_modif

L'église Saint Sauveur La Trinité. D'après les textes, elle a été construite au XIIème siècle, mais ce n'est pas une certitude.

L'extérieur est remarquable pour ses fenêtres romanes avec ses colonnes et ses chapiteaux.

Sur les murs de l'église, alternant avec les croix de consécration, on peut admirer un chemin de croix en émail à fond bleu sur faïence. Le chœur est éclairé par cinq fenêtres romanes ornées de vitraux représentant Notre-Seigneur et les quatre Evangélistes.
L'église était dans un tel état de délabrement qu'elle fut entièrement rénovée en 1885.
Lors de la démolition des murs de l'ancienne église, il a été facile de constater, par la différence de maçonnerie, qu'elle était composée de deux parties bien distinctes. Ce qui fait supposer qu'elle ne formait primitivement qu'une modeste chapelle, agrandie ensuite pour les besoins de la population. Serait-ce de cette église qu'il s'agirait dans une note de l'abbé Bordas ? « L'an 1176, Baudoin abbé de Saint-Lomer, obtint permission du chapitre de Saint-Martin de Tours de construire un oratoire à Douy.
Les proportions de l'église sont toujours restées très modestes ; la nef mesurait 17 mètres de longueur pour 6,50 mètres de largeur ; le chœur, formant retrait, long de 8,50 mètres sur 4,65 mètres, était terminé par une abside en rond-point.
Pour remplacer la voûte en bardeau, on avait eu l'idée plus ou moins heureuse de doter l'église d'un plafond. Dans les registres
Détails des sculptures du portail de léglise Rparoissiaux, nous trouvons pour l'année 1783. « Les réparations de l'église et du presbytère, la construction de la sacristie et du plafond, tant dans cette sacristie sue dans le chœur et dans la nef ont été finies au commencement d'octobre 1783 ; en conséquence la bénédiction de l'église s'est faite le 19 du même mois, ainsi qu'il parait dans le registre au mois d'octobre. Pendant les ouvrages l'office paroissial s'est fait dans la chapelle du Prieuré où on avait porté le Saint-Sacrement avec permission de l'Evêché. »
La cloche seule a quitté, pour sa nouvelle demeure, l'humble clocher qui, à cheval sur le milieu de la nef était soutenu intérieurement par quatre énormes, et non moins disgracieuses poutres de bois. Son origine est assez récente : « L'an 1822, nous dit-elle, j'ai été bénite par M. François André Sanqueuze, curé de Douy, et nommée Amélie Louise par M. Louis Guérineau des Chenardières, maire de Châteaudun, membre du Conseil Général d'Eure-et-Loir, et par Mme Joséphine Foulon de Doué, épouse de M. Jacques de Reviers de Mauny, maire de Douy. MM. Louis Alliot, propriétaire, Mathias Cottin, propriétaire, Luxereau, propriétaire et Ricois, fabriciens. »
Nous ne savons pas ce qu'étaient devenues les deux cloches qu'elle était chargée de remplacer, car nous lisons dans les registres paroissiaux de l'année 1789 : « Les deux cloches de Douy ont été refondues cette année à Vendôme. La grosse était de 1619 et pesait 249 ; elle pèse actuellement 308. La petite était, suivant le rapport des fondeurs, de 1416 et pesait 193 ; elle pèse actuellement 229. Le chapitre de Saint-André a fait présent de trois nappes d'autel, de quatre chandeliers de cuivre et de deux petits devants d'autel ; Mme de Reviers pour elle et ses petits enfants a donné une chasuble et un devant d'autel pareils tout faits avec une belle aube de linon. Elle a distribué ce jour aux pauvres environ 3 septiers de blé en pain : Le chapitre a distribué trente-deux pains. »
Voici d'ailleurs l'acte qui relate la bénédiction de ces deux cloches : « L'an mil sept cent quatre-vingt-neuf, le cinq juin, les deux cloches ont été bénites ; sur la grosse sont inscrites ces lignes : Sancta Trinitas unus Deus, miserere nobis : nommée Andrée Magdeleine par M. Louis lorin, trésorier de l'église collégiale de Saint-André de Châteaudun, représentant MM. : les vénérables doyens et chanoines de la dite église et par dame M. Magdeleine de Milleville veuve de
Mre Jacques comte de Reviers, seigneur d'Ancise et autres mieux, chevalier de Saint-Louis, etc., bénite par M. Festu, curé, 1789. » Et au bas : « F. Alliot et E. Villette, gagers. »
Sur la petite sont inscrites ces lignes : « Salvator mundi, salva nos omnes : nommée Marie Françoise par M. Jean Marie François de Reviers et demoiselle Anne Marie de Reviers, autorisés de M. Jacques, comte de Reviers, leur père, ancien lieutenant-colonel d'infanterie, chevalier de Saint-Louis, seigneur de Bois-de-Pré, etc., bénite par M. Festu, curé, 1789. » et au bas « F. Alliot et E. Villette, gagers. »
M. Festu, curé.

Le 14 septembre 1887, Mgr Coullié, évêque d'Orléans, délégué à cet effet par Mgr Regnault, évêque de Chartres, à qui son âge avancé ne permettait plus les cérémonies de ce genre, consacrait la nouvelle église reconstruite grâce à la généreuse émulation des châtelains de la paroisse. Mr le comte de Reviers de Mauny s'était chargé du Chœur, Mr de Boisvillette de la nef et du clocher. A ces deux nobles donateurs, qui ont pu assister çà la belle fête de la consécration avant d'aller jouir, trop peu de temps après, de l'éternelle récompense, arrivée pour le 13 octobre 1890 et pour le second le 30 septembre 1889, il reste juste de joindre dans le même sentiment de reconnaissance les habitants de la paroisse et quelques propriétaires : la baronne de Lallemand, Mme de Franqueville, Mme Renard qui ont contribué à l'ornementation de l'église.
L'extérieur n'offre rien de particulièrement remarquable que ses fenêtres romanes avec colonnes et chapiteaux.
Mais à peine a-t-on franchi la porte d'entrée qu'on est de suite frappé par les harmonieuses proportions, la régularité parfaite, la décoration sobre et de bon goût l'ensemble en un mot de l'intérieur de l'édifice ; on dirait une chapelle de couvent.
Le chœur est éclairé par cinq fenêtres romanes ornées de vitraux représentant Notre-Seigneur et les quatre Evangélistes.
Au bas du vitrail du milieu est cette inscription : Ex dono L. de Choiseul, comtesse de Reviers de Mauny.
Au bas du premier vitrail de droite représentant saint Jean : Ex dono A. de Reviers de Mauny, comtesse de Bridieu.
Au bas du deuxième de droite représentant saint Luc : Ex dono I. de Bertier, baronne de Reviers de Mauny.
Au bas du premier de gauche représentant saint Mathieu : Ex dono M. de Villeneuve, vicomtesse de Reviers de Mauny.
Au bas du deuxième de gauche représentant saint Marc : Ex dono M. de Reviers de Mauny, vicomtesse de Monteynard.
Au-dessous de chaque inscription figurent les armes des familles donatrices.
Six fenêtres, trois de chaque coté, éclairent la nef et sont décorées de grisailles avec médaillon-sujet au milieu représentant :
1° L'Immaculée Conception, don de M. et Mme de Boisvillette.
2° Saint Joseph, don de Mme la baronne de Lallemand.
3° Saint Louis, roi de France, don de M. et Mme de Boisvillette.
4° Saint François de Sales, don de M. l'abbé F. O. Mercier, curé de Douy.
5° et 6° Sainte Anne et Saint Julien, évêque du Mans et titulaire du prieuré, don de M. et Mme de Boisvillette.
Enfin la tribune qui a été construite sous le clocher et dans toute la largeur de l'église est éclairée par une rosace avec vitrail représentant sainte Cécile, don de M. et Mme Toraille.
Le maître-autel en pierre sculptée avec filets rouge et or est flanqué de chaque côté de deux magnifiques candélabres, don posthume de M. le comte de Reviers de Mauny.
Deux petits autels en terre cuite, peints ton pierre rehaussés du chœur, celui du côté droit de l'arcade dédié à la très Sainte Vierge, Notre-Dame-des-Victoires, celui du côté gauche, à Sainte Anne.
Sur les murs de l'église, alternant avec les croix de consécration on peut admirer un Chemin de Croix en émail fond bleu sur faïence, don de Mme de Boisvillette ; le cadre quadrilobé est en bronze doré appliqué sur bois. Il fut solennellement béni et érigé le 4 octobre 1891 par Mgr Lagrange, évêque de Chartres.
Enfin mentionnons les statues, trop nombreuses peut-être, qui ont été placées dans le chœur ; ce sont les statues de Notre-Seigneur (Saint-Sauveur,) de Saint Jean-Baptiste, de Notre-Dame de Lourdes, de Saint Joseph, de Saint Vincent (patron des vignerons) et de Saint Antoine de Padoue.

 

En 1850, M. le comte de Reviers de Mauny, avec les autorisations nécessaires, faisait construire, sur le côté nord du chœur de l'église une chapelle qui devait servir de sépulture aux membres de sa famille.
Terminée au mois de septembre 1851, elle fut bénite le samedi 27 septembre de la même année par Mgr Pie, évêque de Poitiers, la veille de la translation des reliques de sainte Radegonde à Lanneray.
Cette chapelle romane est éclairée par une fenêtre ou fut posé en 1852 un vitrail représentant la mère de Dieu : Mater Dei. Au bas du vitrail figure l'abbaye de Montebourg, au diocèse de Coutances (Abbatia Montis Burgis). Cette abbaye reçut dans le cours des siècles de nombreuses libéralités de la famille de Reviers de Mauny et dans la nouvelle et magnifique église qu'un zélé religieux à entrepris de reconstruire sur l'emplacement et sur les plans de l'ancienne, une chapelle est réservée comme autrefois à cette famille qui est, ainsi que nous le dirons ailleurs, originaire de ce pays de Normandie et figure parmi les seigneurs de Montebourg. Au dessus de la porte d'entrée on lit cette inscription :

A LA MEMOIRE
De Jacques comte de REVIERS de MAUNY.
Chevalier de l'ordre Royal et Militaire de Saint-Louis
Commandant d'un bataillon au Rég. De Royal-Navarre.
Seigneur d'Ancise et autres lieux
Décédé le XXIII janvier MDCCLXXX
Et inhumé dans le cimetière de Douy.

Et de dame Marie Madeleine de MILLEVILLE
Comtesse de REVIERS de MAUNY, son épouse
Décédée à Châteaudun le X janvier MDCCCIII.
De leurs enfants.
Et de ceux de leurs descendants
Qui reposent sous ce monument.

 

Le Prieuré

Le prieuré Saint Julien : le prieuré de Saint Lomer de Blois.Douy


Le prieuré de Douy est situé sur un site remarquable entre deux bras du Loir.
C'est un des plus anciens du diocèse de Chartres. Il a été conçu en 860 ou 861 d'après la charte du monastère. Le prieuré ayant pour nom Diviacus était géré par les moines du monastère de Corbion (Orne). Dès sa naissance, l'origine de ce prieuré suscita des doutes car les archives de Corbion furent détruites par les Normands.
En 1587, il est constaté que le prieuré de Douy a été complètement dévasté par les gens de guerre et en 1591, Henri IV met le prieuré en économat avec pour économe Pierre Goret, curé de Douy.

Les bâtiments ont été reconstruits à la fin du Moyen-âge, mais la chapelle, heureusement restaurée en 1967, remonte au XI-XIIème siècles et fait partie des six chapelles romanes qui jalonnent le bord du Loir sur environ 80 kilomètres depuis Saint-Denis-les-Ponts jusqu'à Troo (Loir-et-Cher). Elle présentait à l'origine un chevet à trois absides voûtées, mais son aspect primitif a été modifié à plusieurs reprises. Celles-ci se caractérisent par leurs dimensions modestes, leur proximité immédiate de la rivière et leurs fresques romanes. Du prieuré subsistent actuellement l'ancienne maison prieurale, restaurée au XIXème siècle, le pigeonnier et la chapelle.Il existe une tradition qui veut que les reliques de Saint-Julien, ayant séjournées quelques temps à Douy, le prieuré en ait pris le nom.

Au XVIIème siècle, des religieux ont effectué des travaux au prieuré : ils ont détourné le cours du Loir sur la longueur d'un kilomètre environ, pour se procurer une chute d'eau et installer un moulin : le moulin du prieuré qui est privé. Ils voulaient donner l'exemple du travail intelligemment conduit à la population.

douy 2

Météo

Météo Cloyes-sur-le-Loir Cloyes-sur-le-Loir météo en temps réel

Bientôt

8 Jul
Marché Nocturne - Cloyes sur le Loir
Date Wed 08 Jul 18:00 - 23:00

Marché Nocturne sur la Place Gambetta (Place de la Mairie) de Cloyes sur le Loir.

Respectons les gestes...

Quelques photos de Douy

Nous contacter
1000 characters left